Appel thématique n°12

Coordination :

Michel Streith, Anthropologue, Directeur de Recherche CNRS LAPSCO-Clermont-Ferrand, Président de l’Association des Sociologues et Anthropologues d’Auvergne.

Régis Pierret, Sociologue, Formateur-chercheur IRTS-IDS Normandie (Rouen), membre de l’Association des Chercheurs des Organismes de Formation de l’Intervention Sociale (ACOFIS), de l’Association des Sociologues et Anthropologues d’Auvergne (ASAA).

Jeanne Chanet-Garcia, Sociologue, Membre de l’Association des Sociologues et Anthropologues d’Auvergne (ASAA).

 

Notes - Références bibliographiques - Procédure d'évaluation des propositions de contribution

Numéro 14

Alimentation, intervention sociale et société

Contexte général

L’alimentation classe et ségrègue les individus au travers du goût qui est lui-même l’expression d’une distinction1. Dans toutes les cultures, elle rassemble la famille, le clan, la communauté autour du repas dont le type d’alimentation est une expression culturelle. Le repas constitue ainsi une sorte de communion, de partage érigeant une barrière flexible ou non entre la communauté et l’étranger. Plus généralement, les enjeux de l’alimentation sont multiples, tout à la fois sociaux et sociétaux. L’alimentation constitue ainsi un fait social, et dans notre société un marqueur social, politique, religieux, genré ; un fait sociétal car la consommation d’un même produit peut être l’expression du « raffiné » à une époque et du « populaire » à un autre. L’alimentation est remplie de sens. À travers elle, l’individu donne un sens à sa conduite. Ainsi, l’alimentation a partie liée avec la réalisation de soi, la subjectivité, le sujet2. Dans la France contemporaine, l’alimentation a tout d’abord été un marqueur social entre le rural et l’urbain3  tout comme entre les classes sociales4. Tout en conservant en partie ces caractéristiques, elle devient, à partir des années 19705, un marqueur genré. Dans les années 1990, l’alimentation opère un virage religieux avec l’instauration du halal et du haram6 qui dépasse, alors, la question du « sans porc ». Il s’instaure ainsi une distinction analogue à celle du Casher et du non Casher, plus ancienne. L’alimentation religieuse est dès lors appréhendée en termes d’affirmation identitaire. Dès le début des années 2000, l’alimentation prend une tournure environnementale : le bio7 et le « manger local » s’imposent dans les esprits. Mais plus encore, c’est toute une déclinaison qui s’instaure sur les motivations de l’individu (bien-être et/ou dimension politique). Ainsi, l’alimentation crée et entretient des communautés sociales, politiques, culturelles et religieuses. La thématique du halal et du haram, est un exemple parmi d’autres des enjeux que peut constituer l’alimentation. Toutefois, cette labellisation peut également se décliner au travers des différentes mouvances du « bio » ou du « naturel » et notamment les Vegans, les Végétariens, les Végétaliens, les Antispécistes. Ou encore, elle peut donner lieu à des conduites genrées. Un monde sépare la consommation de masse immortalisée par un dessin de Reiser sur la consommation de masse, « le poulet aux hormones » et notre société axée sur une « consommation locale et raisonnée » à l’instar des « Flexitariens ». Le temps de la malbouffe est révolu : « Pour votre santé, mangez cinq fruits et légumes par jour ».

L’intervention sociale et les défis de l’alimentation

L’alimentation constitue aujourd’hui, plus que jamais, un analyseur du monde social. Elle occupe une place de plus en plus centrale au sein des relations sociales, elle incarne différents enjeux sociétaux. Comment l’intervention sociale s’en saisit-elle ? Quelles influences ont ces normes alimentaires sur les pratiques ?

Ces évolutions de l’alimentation ne sont pas sans impacter l’intervention sociale, celles-ci et ses publics étant nécessairement traversés par les mutations de la société. Ainsi, dans les différents lieux d’hébergement collectifs tels que les internats éducatifs, les Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale, mais également les différents lieux d’accueil dans lesquels les repas sont pris collectivement, l’alimentation est plus que jamais source d’enjeux au sein desquels se déclinent les identités religieuses, politiques, genrées mais également des malaises à l’instar de la boulimie et de l’anorexie8. De quelle manière, l’alimentation et ses différentes déclinaisons sont-elles prises en compte par le travail social ? Aujourd’hui, les repas dépassent la simple dimension de la socialisation, ils deviennent le théâtre d’expression de l’identité au travers de tolérances et d’interdits. L’alimentation donne lieu à des luttes multiples en qualité de marqueur identitaire. Comment l’intervention sociale s’en saisit elle ? Comment-celle-ci est-elle alors utilisée comme levier pour le vivre ensemble ? Comment l’alimentation est-elle mobilisée auprès des publics enfants, jeunes et adultes en vue d’une conscientisation environnementale ? Comment l’intervention sociale gère-t-elle la « radicalisation alimentaire qu’elle soit ethnique, religieuse, politique ou individuelle » ? Que met-elle en place afin que ces temps collectifs que constituent les repas demeurent des moments conviviaux d’affirmation identitaire ? Le repas devient ainsi un temps complexe car il dépasse son objet (se nourrir) pour des enjeux sociaux et sociétaux qui traversent notre société. De quelle manière les conflits autour de l’alimentation sont-ils gérés par les institutions ? L’alimentation est confrontée à de multiples enjeux, quelle conscientisation de ces derniers est opérée par l’intervention sociale ? L’alimentation tend ainsi de plus en plus à acquérir une dimension engagée.

Néanmoins, l’alimentation est également la marque de la domination. La sous-alimentation, la malnutrition, sont les stigmates des populations de l’urgence sociale. Ses populations subissent l’alimentation n’ayant que peu l’occasion de choisir la manière de se nourrir. De quelle manière l’alimentation distribuée par différents organismes procède de la réification9 de l’individu ou au contraire s’inscrit-elle dans une dynamique de reconnaissance10 ? La question alimentaire qui peut se résumer à la prévention autour des cinq fruits et légumes par jour en vue d’enrayer la malbouffe ne se dissémine-t-elle pas aujourd’hui au travers des enjeux d’une éducation ou d’une rééducation à l’alimentation des familles et des personnes les plus défavorisées. Ainsi, s’opère toute une déclinaison de la précarité : sociale, économique, culturelle, alimentaire, énergétique. L’alimentation devient ou redevient une entrée pour traiter la question de la pauvreté. L’enjeu autour de l’alimentation peut se percevoir notamment dans le cadre des jardins potagers mis en place dans différentes institutions ou associations œuvrant dans le cadre de l’urgence sociale. L’alimentation est alors appréhendée comme le vecteur d’un retour au sens11.

Plus généralement, l’alimentation amène à repenser le monde en termes de vital. Quelle société voulons-nous demain ? Ainsi, l’intervention sociale au travers du développement durable s’est saisie ou pourrait se saisir de l’alimentation, selon quelles modalités ? De quelle manière cette idée de consommer autrement, une alter-alimentation se met-elle en place au sein de l’Économie Sociale et Solidaire ? Comment l’intervention sociale de par son affiliation historique à ce secteur prend-elle place ? Quel espace prend l’intervention sociale au sein de l’innovation « alimentaire » ? Autrement dit, tandis que l’alimentation apparaît être de plus en plus ce qui divise au sein des sociétés, comment refaire société autour de celle-ci ? Aujourd’hui, peut-on repenser le sujet et plus largement le sentiment de faire société à partir de l’alimentation ?

Dans le cadre de ce dossier trois axes ont été retenus :

Axe 1 : Alimentation, socialisation et identité
L’alimentation révèle plusieurs enjeux. Tout d’abord, elle est le prétexte à la socialisation, à l’intégration dans le cadre des internats éducatifs. Elle peut être conçue par le travail social comme un outil en vue de permettre le vivre ensemble, à l’instar de fêtes de quartier ou autres.

Par ailleurs, l’alimentation laisse voir des enjeux identitaires, l’alimentation dans les internats éducatifs mais également lors de différentes activités (dans le cadre de l’animation socio-culturelle ou de la prévention spécialisée) peut donner lieu à des conflits identitaires. De quelle manière les travailleurs sociaux gèrent-ils et résolvent-ils ces conflits ? Comment se positionnent-ils face à des « radicalisations alimentaires » : genrée, politique ou religieuse.

Se pose également le rapport pathologique à l’alimentation au travers de la boulimie et de l’anorexie. Quelle analyse peut être réalisée du rapport à l’alimentation, de la perception sociale de cette « alimentation pathologique » ?

Axe 2 : L’alimentation, l’urgence sociale
L’alimentation recouvre également le champ de l’urgence sociale. Les personnes à la rue ou les personnes pauvres recourent à une alimentation offerte ou conditionnée par l’absence de ressources. En d’autres termes, que signifie s’alimenter en situation de précarité ? Comment l’alimentation « subie » est-elle vécue par l’individu ? Des expériences innovantes sont menées au travers des jardins, mais également d’ateliers alimentaires. Par ailleurs, la banque alimentaire se saisit de l’alimentation en vue d’« éduquer » les populations pauvres et précaires au travers de différentes expériences tant en milieu rural qu’en milieu urbain.

Axe 3 : L’alimentation et l’innovation
L’alimentation aujourd’hui est aussi source d’innovation, à travers elle, sont transmises des valeurs à l’instar des épiceries solidaires, des AMAP. De même, l’alimentation s’invite dans des pratiques et des débats sociétaux pour « repenser le monde », une alter-alimentation, une alter-consommation, une alter-mondialisation. Comment l’intervention sociale investit-elle ces espaces en tant qu’acteur de l’Économie Sociale et Solidaire ? Quels liens entre éducation alimentaire et éducation environnementale ?

 

 Bibliographietop

BECK F., MAILLOCHON F. et RICHARD J.-B., 2013, « Conduites alimentaires perturbées des jeunes. Entre facteurs sociaux et détresse psychologique », Agora débats/jeunesses, vol. 63, n° 1, p. 128-139.

BELORGEY N., 2011, « Sociologie de l’alimentation : les cinq portes de l’entrée par les familles », SociologieS [En ligne].

BOURDIEU P., 1979, La distinction, Paris, Éditions de Minuit.

CALVO M., 1983, « Des pratiques alimentaires ». Économie rurale, vol. 154, n° 1, p.  44 48 [https://doi.org/10.3406/ecoru.1983.2945].

CARDON P., 2009, « “Manger” en vieillissant pose-t-il problème ? Veuvage et transformations de l’alimentation de personnes âgées », Lien social et Politiques, n° 62, p. 85-95.

CARDON P. (dir.), 2019, Quand manger fait société. Les nouveaux rendez-vous d’Archimède, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion [http://books.openedition.org/septentrion/27569].

CARDON P., DEPECKER T. et PLESSZ M., 2019, Sociologie de l'alimentation, Paris, éd. Armand Colin, coll. « U Sociologie ».

CORBEAU J.-P. et POULAIN J.-P., 2002, Penser l’Alimentation. Entre imaginaire et rationalité, Paris, éd. Privat.

De SAINT POL T., 2017, « Les évolutions de l’alimentation et de sa sociologie au regard des inégalités sociales », L'Année sociologique, vol. 67, n° 1, p. 11-22.

DAMIEN T., 2014, « Favoriser l’accès pour tous à une alimentation de qualité, saine et équilibrée », Paris, Conseil Économique, Social et Environnemental.

DELAVIGNE A.-É., 2012, « Logique du local et pratiques territoriales dans une action d’aide alimentaire ». GREP, Pour, n° 215-216, p.   295-303.

DELFOSSE C., 2019, « L’alimentation : un nouvel enjeu pour les espaces ruraux », L'Information géographique, vol. 83), n° 4, p. 34-54.

DIASIO N. et FIDOLINI V., 2019, « Garder le cap. Corps, masculinité et pratiques alimentaires à “l’âge critique” », Ethnologie française, n° 176, p. 769-786.

DUBUISSON-QUELLIER S., 2013, « 20. La consommation comme pratique sociale », in STEINER P. et VATIN F. (dir.), Traité de sociologie économique, Quadrige, éd. PUF [https://www.cairn.info/traite-de-sociologie-economique--9782130608318-page-749.htm].

DUBUISSON-QUELLIER S., 2016, Gouverner (par) les conduites des consommateurs. Gouverner les conduites, Paris, éd. Presses de Sciences Po [https://www-cairn-info.sirius.parisdescartes.fr/gouverner-les-conduites--9782724619003-page-193.htm].

DUBUISSON-QUELLIER S., 2016, « De la routine à la délibération », Réseaux, n° 135-136, p. 253-284.

DUBUISSON-QUELLIER S. et VERON B., s.d., « Logiques de consommation autour de l’alimentation durable (LOGICADU) », 12.

ELIAS N., 1973, La civilisation des mœurs, Paris, éd. Calmann-Lévy.

ESNOUF C., Russel M. et Bricas N., 2011, Pour une alimentation durable. Réflexion stratégique duALIne, Paris, Éditions Quæ, Collection Matière à débattre à décider[https://www.cairn.info/pour-une-alimentation-durable--9782759216703.htm?WT.tsrc=cairnSearchAutocomplete].

FALCONNET G. et LEFAUCHEUR N., 1975, La fabrication des mâles, Paris, éd. du Seuil.

FISCHLER C. (dir.), 2013, Les alimentations particulières. Mangerons-nous encore ensemble demain ?, Paris, éd. Odile Jacob.

FISCHLER C., 2007, Manger : Français, Européens et Américains face à l’alimentation, in FISCHLER C., MASSON E. avec des contributions de BARLOSIUS E., BEARDSWORTH A., BERNUZZI De SANT’ANNA D. [et al.]. Paris, éd. Odile Jacob.

FOURNIER T., JARTY J., LAPEYRE N. et TOURAILLE P., 2015, « L’alimentation, arme du genre », Journal des anthropologues, n° 140-141, p. 19-49.

GIROUX V. et LARUE R., 2019, Le véganisme, Paris, éd. PUF, « Que sais-je ? ». 

GRIGNON C., 1988, La vie matérielle des étudiants, Paris, éd. La Documentation française.

HALBWACHS M., 1912, La classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, Paris, éd. Alcan.

HERPIN N., 1988, « Le repas comme institution. Compte rendu d’une enquête exploratoire », Revue française de sociologie, vol. 29, n° 3, p. 503-521.

HONNETH A., 2000, La lutte pour la reconnaissance, Paris, éd. Cerf.

HONNETH A., 2007, La réification, Paris, éd. Gallimard.

ISACCO T., 2010, « Éthique et engagement dans un groupe antispéciste », L'Année sociologique, vol. 60, n° 1, p. 161-187.

KAUFMANN J.-C., 2005, Casseroles, amour et crises, Paris, éd. Armand Colin.

KHOSROKHAVAR F., 1997, L’islam des jeunes, Paris, éd. Flammarion.

LAISNAY C., 2013, « Disparités sociales et alimentation », Document de travail. Centre d’Études et de Prospective, ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire, et de la Forêt.

LAHLOU S., 1998, « Les comportements alimentaires », Psychologie sociale, 141 89.

LAMINE C., 2008, Les intermittents du bio pour une sociologie pragmatique des choix alimentaires émergents. Natures sociales, Paris, éd. Maison des Sciences de l’Homme.

LARUE R., 2015, Le végétarisme et ses ennemis. Vingt-cinq siècles de débats, Paris, éd. PUF, « Hors collection ».

LARRÈRE C., 2012, « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe ». Tracés, Revue de Sciences humaines (en ligne]) 22 | 2012.

LEGOFF L., 2001, Manger bio, Paris, éd. Flammarion.

LEVI-STRAUSS C., 1964, Le cru et le cuit, Paris, éd. Plon.

LHUISSIER A., 2006a, « Éducation alimentaire en milieu populaire : des normes en concurrence », Journal des anthropologues, n° 106-107, p. 61-76.

LHUISSIER A., 2006b, Pauvreté, monoparentalité et alimentation : une étude de cas dans le nord de la France, Cahiers de nutrition et de diététique.

LHUISSIER A., 2006c, « Éducation alimentaire en milieu populaire : des normes en concurrence ». Journal des anthropologues, Association française des anthropologues, n° 106 107 (1er décembre), p. 61-76 [https://doi.org/10.4000/jda.1258].

LHUISSIER A. et REGNIER F., 2005, « Obésité et alimentation dans les catégories populaires : une approche du corps fémini », INRA sciences sociales, n°s 3-4, p. 1-4.

MICHAUD C., 2000, « Alimentation des personnes en situation de précarité ou de grande pauvreté, ce que l’on sait et ce que l’on fait », Cahiers de nutrition et de diététique, vol. 35, n° 3, p. 269-274.

NADEAU C., 2008, « Manger moralement / The Way We Eat. Why our Food Choices Matter de Jim Mason et Peter Singer », New York, Rodale ; Spirale : arts • Lettres • Sciences humaines, n° 221, p. 13-15.

PATUREL D., 2013, « Aide Alimentaire et Accès à l’alimentation En France » [https://www.academia.edu/19835962/Aide_alimentaire_et_acc%C3%A8s_%C3%A0_lalimentation_en_France].

PERROT M., 2009, Faire ses courses. Un ordre d’idées, Paris, éd. Stock.

POULAIN J.-P., 2002, Sociologies de l’alimentation. Les mangeurs et l’espace social alimentaire, Paris, éd. PUF.

POULAIN J.-P., 2009, Sociologie de l’obésité, Paris, éd. PUF.

PRADIER F., 1998, Évolutions depuis 1993 des pratiques de l’aide alimentaire fournie par les associations en France, FFBA.

RAVACHE S., 2003, « Mœurs alimentaires sexuées dans le monde rural et urbain », Ruralia (en ligne), 12/13 | 2003

RECOURS F. et HEBEL P., 2006, « Les populations modestes ont-elles une alimentation déséquilibrée ? » Paris, CREDOC.

REGNIER F., 2005, « Obésité, corpulence et statut social : une comparaison France/États-Unis (1970-2000) », INRA sciences sociales, n° 1, p. 1-4.

REGNIER F., 2011, « La perception des messages de santé par les populations défavorisée », Cahiers de Nutrition et de Diététique, vol. 46, n° 4 (septembre 2011) : 206 12 [https://doi.org/10.1016/j.cnd.2011.02.005].

REGNIER F., 2017, « Vers un corps féminin sur mesure : l’alimentation et les techniques de la corpulence en France et aux États-Unis (1934-2010) », L'Année sociologique, vol. 67, n° 1, p. 131-159.

REGNIER F., LHUISSIER A. et GOJARD S., 2009, Sociologie de l'alimentation, Paris, éd. Armand Colin.

TIMSIT S., 2016, « La vie sociale entravée des familles aux ressources modeste ». La Lettre, n° 6 (septembre), p. 6.

TIMSIT S. et GRANDJEAN A., 2020, « La transition écologique en France : un défi sans précédent », Futuribles, vol. 435, n° 2, p. 5-23.

VAN DE WALLE I. et MORDRET X., 2011, « Faire ses courses durablement. Les mobilités liées aux pratiques d’approvisionnement alimentaire des périurbains à l’impératif de la ville durable. Une étude de cas dans l’aire périurbaine caennaise », Collection des rapports. CREDOC, novembre.

VICART M. et WATHELET O., 2016, « Des familles conso-motrices ? Ethnographie des mobilités alimentaires dans les pratiques d’approvisionnement en France », Anthropology of food, n° 11 [https://doi.org/10.4000/aof.8079].

VIOLETTE C., 1998, « On ne parle pas la bouche pleine… : les jeunes des soupes populaires », Agora, n° 14, p. 99-114.

VIOLETTE-BAJARD C., 2000, Visages de la pauvreté : don alimentaire et précarité urbaine, Lyon, éd. Chronique sociale.

WIEL V. et DENHEZ F., 2019, La cause végane, un nouvel intégrisme ?, Paris, éd. Buchet/Chastel.

WIERVIORKA M., 2015, Retour au sens, Paris, éd. Robert Laffont

 

Notestop

 1. Pierre Bourdieu, La distinction, Paris, éd. de Minuit, 1979.

2. Le sujet est entendu ici dans le sens qu’il recouvre chez Alain Touraine.

3. Stéphane Ravache, « Mœurs alimentaires sexuées dans le monde rural et urbain », Ruralia [En ligne], 12/13 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2003.

4. Bourdieu, 1979, op. cit.

5. Georges Falconnet et Nadine Lefaucheur, La fabrication des mâles, Paris, éd. du Seuil, 1975.

6. Fahrad Khosrokhavar, L’islam des jeunes, Paris, éd. Flammarion, 1997.

7. Lylian Le Goff., Manger bio, Paris, éd. Flammarion, 2001.

8. François Beck, Florence Maillochon, et Jean-Baptiste Richard. « Conduites alimentaires perturbées des jeunes. Entre facteurs sociaux et détresse psychologique », Agora débats/jeunesses, 2013, vol. 63, n° 1, p. 128-139.

9. Axel Honneth, La réification, Paris, éd. Gallimard, 2007.

10. Axel Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Paris, éd. du Cerf, 2000.

11. Michel Wieviorka, Retour au sens, Paris, éd. Robert Laffont, 2015.

 

Procédure d'évaluation des propositions de contributiontop

En lien avec la ligne éditoriale de la revue (voir présentation de la revue), les textes proposés doivent être originaux et ne pas avoir déjà fait l'objet d'une publication dans des revues. Néanmoins, à la condition qu'il demande l'accord préalable à la revue Sciences & Actions Sociales, l'auteur d'un article dans la revue SAS peut publier son article dans un ouvrage ou des actes de colloque à la condition de citer la source de première publication, c'est-à-dire la revue SAS.

Les propositions de contribution doivent respecter les recommandations aux auteurs présentées dans la rubrique : « proposer un article ». Ces propositions doivent être envoyées par courrier électronique au format .doc ou .rtf à l'adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. au plus tard le 15 octobre 2020. Un accusé de réception est alors adressé en retour. Les textes font l'objet d'une évaluation anonyme par trois lecteurs désignés au sein des comités de rédaction et scientifique de la revue. Sur la base de leurs évaluations, après une discussion de l'article au sein du comité de rédaction, une décision collective est prise : accepté en l'état, accepté avec modifications mineures, accepté sous réserve de modifications majeures, refusé. Cette décision est transmise à l'auteur par la revue SAS au maximum trois mois après la réception de la proposition de l'article.

.

Calendrier de l'appel à contributions

Les propositions d'articles sont à envoyer à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. au plus tard le 15 octobre 2020.
Les retours aux auteurs sont prévus pour le 15 novembre 2020, pour une publication dans le numéro de décembre 2020.